lA PSYCHOTHERAPIE EST UNE INVITATION A LA TRANSFORMATION :

COMMENT SE DEBARASSER DE L'ANCIEN EN ACCUEILLANT LE PRESENT ?

COMMENT SURFER SUR LA VAGUE DE LA VIE ?

Dans notre corps il y a 70 à 80% d'eau; des scientifiques (comme Jacques Benvéniste) ont prouvé que l'eau porte nos émotions en nous, en laisse une trace, une mémoire. Masaru Emoto a montré que les cristaux d'eau avait une forme et une harmonie variable en fonction de l'émotion, de la vibration du mot prononcé, etc… Si nous n'en prenons pas soin de l'eau en nous, nous serons submergés par nos émotions et si nous ne sommes pas conscients de ce que nous disons de négatif, ressentons (colère, haine, rancoeur, jalousie, avidité, peur, tristesse, etc…), l'eau de notre corps, de nos cellules stagnera, croupira, nous rendra fatigué, sensible, malade… En fait l'eau absorbe des informations dont les émotions…………. NOS PENSES ET NOS EMOTIONS AFFECTENT L'EAU, donc les cellules de notre corps, jusquà notre ADN, donc notre état de santé!!!

Je vous invite donc à vous faire accompagner par :

  • une psychothérapie ET/OU
  • un travail énergétique de réharmonisation avec rééquilibrage psycho-corporel, technique d' HARMONISATION GLOBALE, ouverture et lecture des ARCHIVES AKASHIQUES, des séances de REIKI
  • la pratique régulière de la RELAXATION , l'ouverture du cœur par le développement de pensées positives, la régulation du stress, des exercices de respiration au quotidien et des séances de MEDITATION, etc L’épigénétique désigne l’étude des influences de l’environnement cellulaire ou physiologique sur l’expression de nos gènes. L'épigénétique correspond au domaine se focalisant sur toutes les modifications (ou facteurs) qui ne sont pas codées par la séquence d'ADN. Elle régule l'activité des gènes en facilitant ou en empêchant leur expression. Elle est fondamentale car elle permet une lecture différente d'un même code génétique. Elle explique par exemple les différences existant chez des vrais jumeaux. L'épigénétique joue un rôle crucial dans de nombreux phénomènes et maladies. Elle est par exemple mise en cause dans les processus d'extinctions de gène (lorsqu'un gène ne s'exprime plus du tout) ou dans les phénomènes d'empreintes, lorsque deux allèles d'un même gène ne s'expriment pas de la même façon. Les mécanismes épigénétiques peuvent être perturbés ou influencés in utero et dans l'enfance. La pollution chimique, les médicaments et les drogues, le vieillissement et l'alimentation sont des facteurs qui peuvent agir sur l'épigénome. Les histones sont des protéines autour desquelles l'ADN peut s'enrouler, ce qui le rend plus compact et en régule l'expression génique. Le cancer, l'auto-immunité, les troubles psychiatriques et le diabète peuvent résulter de dérangements épigénétiques.Plusieurs processus de transmission épigénétique peuvent jouer un rôle dans ce qu'on appelle quelquefois la mémoire de la cellule. La génétique renvoie à l’écriture des gènes, l’épigénétique à leur lecture : un même gène pourra être lu différemment selon les circonstances. L'ADN ne fait que porter le code génétique. L'épigénétique donne les moyens à la cellule de l'interpréter le mieux possible. D’après lINSERM il existe de nombreux effets sur l’organisme : « On sait aujourd’hui que les processus chimiques très divers de l’épigénétique jouent un rôle dans le développement de nombreuses maladies, donc le cancer, mais aussi dans des traits comme le comportement, le vieillissement ou la longévité des individus. Et des études récentes menées sur les végétaux ou les animaux suggèrent que certaines modifications épigénétiques acquises au cours de l’existence pourraient se transmettre aux descendants. Autant dire que l’épigénétique, domaine de recherche en pleine expansion depuis quelques années, est un des enjeux scientifiques et médicaux majeur de notre époque. » Certaines maladies ne sont pas dues à une variation de la séquence d’ADN mais peut-être à des « épimutations ». Les mécanismes épigénétiques constitueraient de nouvelles cibles pour la mise au point de médicaments spécifiques. En attendant cette confirmation, nous pouvons déjà reconsidérer notre hérédité et défendre l’idée que nous ne sommes pas que le pur produit de nos gènes. Ce concept qui dément la « fatalité » génétique, c’est ce que percevait le psychologue Erik Erickson qui développa une « théorie épigénétique du développement humain » : Même si un individu vivait des crises psycho-sociales qui ont le plus souvent une origine génétique, la manière dont elles se vivent ne peut être expliquée par la génétique et sont alors qualifiées d'épigénétiques. Si notre corps réagit à la pression extérieure, cela signifie aussi que l'on peut se servir de cette pression dans un but bénéfique. Ainsi, les effets épigénétiques causés par le stress peuvent-ils être annulés grâce à une prise en charge. Cela a déjà été fait chez la souris avec des antidépresseurs ou des medicaments destinés à la regulation des troubles de l'humeur. Plus simplement, les effets du stress pourraient être inversés avec de l’activité physique et… de la relaxation ! Une étude de l’université du Wisconsin-Madison ( Richard J. Davidson, founder of the Center for Investigating Healthy Minds and the William James and Vilas Professor of Psychology and Psychiatry at the University of Wisconsin-Madison) a démontré des effets bénéfiques de la méditation par des pratiquants réguliers sur la santé, essentiellement les voies de régulation, dont celles liées au stress et à l’inflammation : le calme de l’esprit a une influence sur l’expression de nos gènes. Même si nos gènes gardent la cicatrice des événements vécus avant même la naissance, « Je pense que la plupart des maladies chroniques comme l’asthme, le cancer, le diabète, l’obésité et des maladies neurologiques (autisme, troubles bipolaires, schizophrénie) résultent en partie d’une mauvaise régulation épigénétique lors des premiers stades de développement », estime Randy Jirtle, directeur du laboratoire d’épigénétique à la Duke University, aux Etats-Unis, il est maintenant possible d’espérer une TRANSFORMATION ! Les émotions négatives ont un mauvais impact MAIS les positives peuvent heureusement, elles aussi, laisser leur empreinte. En 2008, des travaux menés au Massachusetts General Hospital ont montré que huit semaines de relaxation suffisaient à modifier l’expression de plusieurs centaines de gènes. Nos expériences, nos émotions, nos actions façonnent l’expression de ces gènes en permanence. Avec la certitude que rien n’est irrémédiable : L’épigénétique éclaire de manière inattendue la toute jeune psychogénéalogie qui nous dit que nous transportons, à notre insu, les problématiques de nos ancêtres, et même que nous reproduisons souvent les mêmes schémas. Luc Bodin, Extranet des Psys, le 28 janvier 2013. « Nous sommes un maillon dans la chaine des générations et nous avons parfois, curieusement, à «payer les dettes » du passé de nos aïeux. C’est une sorte de « loyauté invisible » qui nous pousse à répéter, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou pas, des situations agréables ou des évènements douloureux. Nous sommes moins libres que nous le croyons, mais nous avons la possibilité de reconquérir notre liberté et de sortir du destin répétitif de notre histoire, en comprenant les liens complexes qui se sont tissés dans notre famille. » Anne Ancelin Schützenberger, Aïe, mes aïeux ! En conclusions, vivre plus sainement, en veillant à son environnement, à ses pensées à son corps, à son alimentation, à ses émotions et à ses pensées, se pencher sur son histoire et sa généalogie, pratiquer, relaxation, respiration, méditation amènerait l’humain à un mieux-être voire à une guérison en cas de maladie. Dans ce cas , en complément de la médecine allopathique, les thérapies alternatives et la psychothérapie, accompagnent la prise en charge. En effet attendre le miracle ne fait pas avancer le processus, la prise en charge de la maladie est essentielle. La maladie vient signifier quelque chose, en tout cas elle demande un changement, notamment d’habitudes malsaines ou un « mal à dire ». Ce désir de changement ne peut venir que de la personne. La résolution des conflits et la découverte d’un sens à sa vie seront fondamentaux comme booster sur le chemin de la guérison de la maladie quelle qu’elle soit. La vie est mouvement, l’épigénétique va dans ce sens : tout bouge et peut se transformer ! C’est super ! En effet l’être humain à un potentiel d’auto-guérison incroyable ! Faut-il encore et « en-corps » lâcher nos vieilles croyances limitantes et s’ouvrir à la foi et au pouvoir de l’imagination ! Pensons positivement, visualisons, exprimons, etc… Car si les événements de notre vie peuvent modifier négativement nos gènes, d’autres événements peuvent tout aussi bien les changer bénéfiquement… Rien n’est écrit définitivement et plus c’est tôt mieux c’est ! L’espoir c’est d’attendre comme un enfant une guérison miraculeuse, l’espérance c’est l’opportunité mature et active qui provoque cette transformation en commençant par le changement de nos pensées et de notre mode de vie. Attention chers gènes, le chamboulement arrive, accrochez-vous ! « Nos attitudes et nos émotions ont un effet déterminant sur notre physiologie ainsi que sur l’expression de nos gènes. Il met en lumière l’influence de nos croyances personnelles sur la réalité que nous vivons. Mais il y a encore une chose plus profonde à comprendre, à savoir que les croyances collectives d’une culture ou d’une société exercent également une influence sur notre physiologie et notre comportement. » Bruce H. Lipton et Steve Bhaerman « Nous sommes les créateurs du bourbier que nous appelons notre vie, et puisque nous avons crée notre vie exactement comme on l’a désiré, nous avons également le pouvoir de la changer grâce aux choix que nous faisons ». Gary Douglas